Actualité

 

C. Giron-Panel/ A.-M. Goulet (éd.), La musique à Rome au XVIIe siècle : études et perspectives de recherche, Rome 2012.

Les sources de musique française en Italie (XVIIe-XVIIIe siècles)

Barbara Nestola

En matière d’art musical, les relations entre l’Italie et la France à l’époque baroque se caractérisent par une asymétrie certaine. Dès le début du Seicento, les compositeurs et les interprètes italiens franchirent les Alpes pour faire connaître leur musique à l’étranger. Les pays européens – pays germaniques, Angleterre, Espagne ou Pays-Bas –, souvent demandeurs et ouverts à la réception de nouveaux genres musicaux, leur réservèrent toujours un accueil favorable. En revanche, la France, peu perméable aux apports extérieurs du fait de l’importance de sa propre tradition musicale, entretint toujours avec l’Italie une relation complexe, scandée par des phases d’acceptation et de rejet accompagnées ponctuellement par des querelles.

Les recherches les plus récentes ont démontré quel fut l’apport de la musique italienne dans la création et le développement de la tragédie en musique, de la cantate et de la musique instrumentale française. Cette démonstration s’est appuyée sur de nombreuses sources de musique italienne et de musique française conservées principalement à Paris.

Une grande partie de ce travail a été réalisée au Centre de Musique Baroque de Versailles (UMR CNRS 2162), qui consacre l’un de ses chantiers de recherche à La musique italienne en France aux XVIIe et XVIIIe siècles. Ce chantier, animé entre 1990 et 1998 par le musicologue Jean Lionnet, a été placé sous ma responsabilité depuis l’année 2000.

En revanche l’enquête sur la présence de la musique française en Italie, n’a pas encore fait l’objet d’une étude spécifique et systématique. Dans l’intention de comprendre les dynamiques de diffusion de la musique française en Italie, il est apparu indispensable de définir et d’étudier un corpus documentaire précis : les manuscrits et les éditions de musique française conservés dans les bibliothèques de Rome, de Venise et de Naples. Ces lieux ont été en contact étroit avec la France et ont joué un rôle crucial dans le procès de transmission artistique, notamment dans le domaine musical. Un premier inventaire montre que les bibliothèques de Rome, Venise et Naples renferment un fonds documentaire précieux qui constituera la base de mon travail. Ma mission dans le cadre du projet MUSICI consiste à recenser systématiquement les sources, à les insérer dans la base de données spécifiquement créée pour le projet, et à les décrire.

Contact

Anne-Madeleine Goulet

EFR, Piazza Navona, 62

I-00186 Roma

Tel.: +39 320 40 08 27 2

goulet(at)musici.eu


Gesa zur Nieden

Johannes Gutenberg-Universität Mainz
Musikwissenschaftliches Institut
Jakob-Welder-Weg 18
D-55128 Mainz

zurnieden(at)musici.eu

Shadow bottom